Un belle redécouverte !

Une belle redécouverte !

 

Elle est, en général, plus grande que le mâle © Siga
La femelle du Triton marbré (Triturus marmoratus) est facilement reconnaissable © Siga

Onze espèces d’amphibiens ont été recensées depuis la création de la réserve naturelle en 1976. Parmi elles, trois espèces de tritons : le Triton palmé, le plus petit et les Tritons marbré et crêté, plus grands. Depuis de nombreuses années, seul le palmé, de loin le plus commun en Vendée, était régulièrement observé. Pouvait-on alors craindre la disparition des deux autres espèces ?


En 2013, une larve d’un grand triton avait pourtant bien été capturée dans le cadre d’un suivi de l’Observatoire du Patrimoine Naturel du Marais poitevin. Mais trop petite pour être déterminée et blessée par une écrevisse (la queue en partie sectionnée…), elle avait été aussitôt relâchée. Le fait que l’un des deux grands tritons se reproduise encore dans les « baisses » de la réserve était en soi une bonne nouvelle mais il restait à découvrir son identité exacte…

Chose faite ce printemps ! Toujours à l’occasion du même suivi, plusieurs larves ont été pêchées dans différentes zones humides de la réserve. Cette fois-ci, avant de les relâcher, il a été décidé de garder les plus développées, longues seulement de quelques centimètres et de les placer en aquarium. Nourries de daphnies et d’autres petits invertébrés, elles ont rapidement grandi. Et au bout de quelques temps, des répliques miniatures de la femelle du Triton marbré s’égayaient dans le réservoir ! D’une belle couleur verte tachetée de noir et ornées d’une ligne orangée sur le dos, elles n’avaient déjà rien à envier à un adulte !

Même si l’espèce est encore bien présente en Pays de la Loire, c’est bien sûr une excellente nouvelle !!! Car dans notre pays, l’espèce est en effet considérée comme quasi menacée. Et quand on sait que son aire de répartition mondiale est restreinte à la péninsule ibérique et à l’ouest de la France, on comprend mieux la nécessité de la préserver.

Tout comme ce triton, la plupart des espèces d’amphibiens sont d’ailleurs protégées en France. A ce titre, sans autorisation, leur capture, transport et détention sont formellement interdits. Seules des personnes habilitées, comme les agents des réserves naturelles, peuvent les manipuler uniquement à des fins scientifiques.

Pour reconnaître les différentes espèces d’amphibiens présentes en France.


mattis commodo consequat. id odio ut Curabitur non venenatis venenatis,