Une fidélité bien récompensée

La fidélité des couples de cigognes n'est pas aussi légendaire qu'on le dit.
La construction du nid est assurée par les deux membres du couple © M. Esch

Une fidélité bien récompensée

L'an dernier, à la suite d’un coup de vent, le vieux nid de cigognes de la réserve est tombé après 23 ans de bons et loyaux services. Il y a quelques jours, une nouvelle plateforme a été réinstallée, avec l'espoir qu'elle soit vite utilisée.


Et l'attente n'aura pas été longue ! Le soir même, le mâle nicheur habituel, reconnaissable à ses bagues et « propriétaire » du nid depuis 1998, découvrait le nouveau support. Et le lendemain, il y amenait les premiers branchages, accompagné par une femelle ! Celle-ci, non baguée, est sans doute la même que l’an dernier mais rien n'est moins sûr. Car, contrairement à leur réputation, les couples de Cigognes blanches ne sont pas forcément unis pour la vie. Et si fidélité il y a, elle est plutôt liée au nid, les mâles revenant les premiers dès janvier pour en reprendre possession.

Notre mâle, lui, a fait un autre choix : ne plus migrer ! Car pourquoi faire ce long et périlleux voyage avec tous les dangers qu’il comporte ? Avec qui plus est le risque à son retour de retrouver son nid squatté par un autre ? Alors il vaut mieux rester sur place ! Ce qu’il fait maintenant chaque année depuis 14 hivers consécutifs. Et même en pleine mauvaise saison, il craquette à tout-va dès qu’un concurrent potentiel, migrateur tardif ou hivernant comme lui, se montre dans le secteur.

Bon, autant vous avouer que les Cigognes blanches n’ont plus vraiment besoin de nids artificiels en Marais poitevin. Avec une population de l’ordre d’une centaine de couples, l’espèce s’y plaît plutôt bien. D’ailleurs, la mode actuelle est plus à l’hébergement collectif avec des colonies naturelles sur des arbres. En conséquence, la question de remettre un nid artificiel sur la réserve s’est bien sûr posée… Mais nous devions bien ça à ce mâle qui, avec différentes partenaires, y a élevé plus de 70 poussins en une vingtaine d'années !


amet, suscipit libero leo adipiscing massa in ut non justo venenatis